Wave dans le monde 

Un projet imaginé et produit par BNP Paribas

En direct des éleveurs

La laiterie conçue de Nous à Vous

Un projet initié en 2014 à Remouille

« En direct des éleveurs » est une laiterie où les éleveurs produisent et transforment eux-mêmes le lait pour le distribuer en circuit-court tout en assurant aux consommateurs un produit de grande qualité nutritive, respectueux de l’environnement à un juste prix. Le projet permet de fixer sur un territoire donné une agriculture saine et économiquement rentable.

Le cycle de production, transformation et distribution du lait

Le cycle de production, transformation et distribution du lait

Une brique de lait ingénieuse

Une brique de lait ingénieuse

La laiterie et ses produits

La laiterie et ses produits

L'équipe d'En direct des éleveurs

L'équipe d'En direct des éleveurs

« Faire que demain l’innovation soit dans le pré, c’est possible  »

Historique du projet

Installé depuis 2006 sur l'exploitation familiale avec son frère, Fabrice Hégron poursuit le travail entrepris par ses parents, son oncle et sa grand-père. Tous les jours, il travaille à la production d’un lait de qualité (naturellement riche en oméga 3 depuis 1994) tout en prenant soin de l'environnement. Pour cela, un soin particulier est apporté à l'herbe, via un séchoir à foin solaire (récupération de la chaleur) et sur le recyclage du bois pour les litières.

Fin 2008, Fabrice Hégron décide de défendre le statut et la juste rémunération de l'agriculteur laitier. Avec l'APLI (Association des Producteurs Laitiers Indépendants), il interpelle politiques et médias pour informer du ras le bol paysans jusqu'à la grève du lait de septembre 2009. 

N’ayant obtenu de réponse ou de décisions publiques satisfaisantes, il décide de passer à l’acte. Avec 3 exploitations laitières de Loire-Atlantique, ils s’allient autour de trois objectifs :
— PRODUIRE un lait de grande qualité pour la santé humaine, animale et environnementale, issu des filières tracées Bleu-Blanc-Coeur (Oméga 3) et Biologique.
— TRANSFORMER ce lait grâce à des process de fabrication innovants, respectueux du produit, de son goût et de sa structure.
— VENDRE sans intermédiaire notre lait et nos produits laitiers pour garantir au consommateur un juste prix.

Dans une logique de valorisation du territoire et de maîtrise de la production à la distribution, Fabrice Hégron souhaite ainsi produire, transformer et vendre en mettant au point son propre outil de transformation.
Les travaux de transformation de l’abattoir en laiterie ont débuté en février 2014 pour se terminer en septembre 2014. Les ventes doivent commencer au 4ème trimestre 2014.
Afin de faire fonctionner la laiterie, EDDE va créer 6 emplois au démarrage pour atteindre 15 personnes en phase optimum. Pour chaque exploitation participant au projet, il y a également une embauche soit environ 12 emplois dès le début.

Le chiffre d’affaire prévue les 3 premières années se situe à 9 millions d’euros.

15
Années durant lesquelles la moitié des exploitations laitières ont disparues, à la vitesse de 6 à 8 000 par an
37000
habitants : population d’une commune dont la consommation d'eau annuelle est economisée grâce à l’emballage choisi par EDDE
30%
de consommateurs qui se disent prêts à consommer des produits locaux et de qualité
« Notre démarche n’implique pas seulement de changer de costume, mais aussi d’être entrepreneur  »

Interview de Fabrice Hégron

Votre projet entend redonner une part d’autonomie aux éleveurs, pourquoi en sommes-nous arrivés là ?

Le système actuel fait que le prix du lait ne tient pas compte aujourd’hui du prix de production en élevage : seuls les transformateurs décident du prix en fonction du marché mondial. On veut montrer qu’on peut faire un lait de grande qualité qui rémunère l’éleveur-cultivateur sans que le consommateur ait à en payer le prix fort. Et ce tout en devenant aussi transformateur et vendeur de notre propre production.

Mais relocaliser ainsi la production et la décentraliser, n’est-ce-t-il pas plus cher ?

L’idée est de produire et de consommer au plus près. L’objectif n’est pas de faire venir du lait de l’est de la France pour le transformer, mais de produire localement en adaptant l’outil à notre production. Il nous faut 7 personnes pour démarrer, dans la laiterie. C’est aussi un salarié par exploitation, donc EDDE emploie au total 20 personnes. Nous relevons d’entrepreneuriat social et prouverons que cela ne coûte pas plus cher, c’est du commerce équitable dans le sens le plus pur du terme.

Envisagez-vous de répliquer votre initiative à d’autres territoires ? Quels autres projets souhaitez-vous déployer dans les mois à venir ?

Nous lançons en septembre une campagne de crowdfunding pour faire participer le consommateur à notre projet. Ceux qui le peuvent pourront devenir actionnaires du projet, les autres auront la possibilité de nous aider en trésorerie avec de l’achat par anticipation, de façon à faire que chacun puisse aider. Nous allons aussi offrir la possibilité à d’autres éleveurs dans d’autres régions de faire la même chose. J’espère aussi en septembre qu’on sera nommé par les projets sélectionnés par Ashoka. L’idée est de montrer à tous les éleveurs qu’on peut se prendre en main et faire des choses.

Anne-Sophie Novel

« L’équilibre d’un territoire s’obtient plus facilement par un juste prix qui valorise le travail des producteurs que par des subventions  »

Projets + de wave similaires :

La Louve

Un supermarché coopératif et participatif à Paris

> Voir le projet

La Louve

Un supermarché coopératif et participatif à Paris

Partage ton Frigo

Le zéro-gaspillage convivial

> Voir le projet

Partage ton Frigo

Le zéro-gaspillage convivial

Fermes d'Avenir

Agroécologie & permaculture

> Voir le projet

Fermes d'Avenir

Agroécologie & permaculture