Wave dans le monde 

Un projet imaginé et produit par BNP Paribas

l'économie circulaire

L'économie circulaire vue par les étudiants des Gobelins, l’École de l’Image.

Dans une économie circulaire, les déchets d’un processus se muent en ressources pour un autre. Le recyclage et la réutilisation constituent la logique fondamentale de ce système autosuffisant. Comme dans la nature, matériaux et énergie font partie d’un flux ; tous les composants sont recombinés et reconfigurés à l’infini, dans un rapport d’équilibre en constante évolution.

C’est ainsi que procède la nature et cela paraît relever du bon sens. Mais la majeure partie de notre économie conventionnelle n’est pas circulaire – elle est en grande partie linéaire : nous extrayons les matières premières et l’énergie de la planète pour produire des objets que nous consommons puis mettons au rebut. Ce processus à sens unique devient de plus en plus problématique.

Nous vivons sur une planète aux dimensions et aux ressources limitées, sur laquelle la population croît rapidement. Nous avons déjà atteint le stade où la demande en énergie et en matériaux excède la capacité de l’écosystème à se régénérer. Il n’est tout simplement plus possible de continuer à transformer les ressources en déchets.

Dans l’économie circulaire, les déchets des matériaux utilisés pendant un certain laps de temps ne sont pas considérés comme sans valeur : d’autres les réutiliseront. Recyclés, ils se transforment en ressources pour alimenter un nouveau processus.

 

Tout est connecté, tout le monde est connecté

L’approche circulaire consiste à développer une vision à long terme, à voir au-delà de l’immédiat et du local, à comprendre que l’on fait partie d’un écosystème plus vaste.

L’économie circulaire est participative et collective. Nous interagissons en permanence car nous nous inscrivons dans un contexte où tout et tout le monde est connecté et interdépendant. L’Homme influe sur les autres éléments de l’écosystème et ceux-ci influent sur nous. Nous dépendons de tous les autres êtres vivants – et tout ce qui est vivant dépend de nous.

Au cours des prochaines années, le mode de consommation va devenir de plus en plus circulaire. La hausse des prix, la pénurie croissante de matières premières, les effets du changement climatique et le durcissement des réglementations rendent l’approche circulaire très intéressante pour les entreprises.

La technologie de la nature

Ce mode de vie n’est pas forcément déplaisant. Une économie circulaire n’est ni moins avancée ni moins sophistiquée en termes d’utilisation de la technologie, et vivre au sein d’une économie circulaire n’est pas synonyme de manque de confort. 

On peut avoir un grand impact en modifiant la conception des produits, par exemple, en les rendant plus faciles à démonter ou en veillant à utiliser des matériaux tels que le bioplastique, qui peut être réutilisé ou composté. Cette vision des choses est souvent appelée modèle du berceau au berceau (« cradle to cradle ») pour indiquer que la fin de vie d’un produit n’est que le commencement d’un autre cycle d’utilisation des matériaux.

L’économie du partage cadre bien avec les notions de durabilité et de pensée circulaire. En partageant des ressources comme les voitures et les outils, les consommateurs limitent la nécessité d’acheter de nouveaux produits en utilisant plus efficacement ceux dont ils disposent.

Il en va de même des fabricants : il existe déjà de nombreux exemples de groupes d’entreprises qui pratiquent l’échange de matériaux, de telle manière que les déchets d’une usine deviennent la matière première d’une autre.

À terme, la conception de nouveaux produits pourrait imiter la nature en s’inspirant des êtres vivants – un processus que l’on appelle biomimétisme. La nature développe en effet des processus étonnants que nous pouvons lui emprunter : plantes, insectes et animaux sont capables de produire des matériaux incroyablement solides et des composés extrêmement élaborés, en utilisant uniquement des matières premières simples et naturelles.

Les initiatives de ce courant

Beacon food forest

Tout ce qui y pousse est comestible !

> Voir l'initiative

Beacon food forest

Protei

Un drone marin créé en open source pour nettoyer les océans

> Voir l'initiative

Protei

Vauban

En Allemagne, un quartier de 15 000 habitants qui pensent « partage et développement durable »

> Voir l'initiative

Vauban

Quel innoWAVER êtes-vous ?

Répondre au Quiz