Wave dans le monde 

Un projet imaginé et produit par BNP Paribas

Les Joyeux Recycleurs

Des solutions simples pour recycler au quotidien

Un projet initié en 2013 à Paris

Les Joyeux Recycleurs améliorent le recyclage des déchets ménagers et de bureaux, grâce à deux solutions complémentaires. Un portail Internet dédié, le mémento recyclage, permet d’abord à chaque citoyen de savoir quoi, comment et où jeter ses déchets. Les entreprises peuvent aussi souscrire aux différentes box : un dispositif clé en main pour recycler ses déchets, combinant boîtes, ramassage, reporting, dons à des associations et kit de communication.

Chaque fois qu’une entreprise se met au recyclage, une photo sur les réseaux sociaux ! Ici, en juillet 2014, des salariés d’Isatis Capital devant les trois box des Joyeux Recycleurs...

Chaque fois qu’une entreprise se met au recyclage, une photo sur les réseaux sociaux ! Ici, en juillet 2014, des salariés d’Isatis Capital devant les trois box des Joyeux Recycleurs...

Les box de recyclage (papiers, bouteilles, canettes, gobelets).

Les box de recyclage (papiers, bouteilles, canettes, gobelets).

Les deux co-fondateurs : Fabien de Castilla (à gauche) et Gilles Rouverand (à droite).

Les deux co-fondateurs : Fabien de Castilla (à gauche) et Gilles Rouverand (à droite).

La fiche de suivi des Joyeux Recycleurs (indication des poids collectés lors des dernières collectes), avec une animation pour la Coupe du Monde de football au Brésil.

La fiche de suivi des Joyeux Recycleurs (indication des poids collectés lors des dernières collectes), avec une animation pour la Coupe du Monde de football au Brésil.

« Nous associons le recyclage à un discours positif, pas à un impératif moralisateur. »

Historique du projet

En 2012, Fabien de Castilla quitte son emploi au sein du groupe d’entreprises d’insertion Ares pour suivre sa compagne, qui étudie les bonobos et les chimpanzés. Pendant un an, ils découvrent  le Congo et l’Ouganda. Bénévole pour Illoco, l’association qu’il a créée, Fabien aide des porteurs de projets africains à développer leurs entreprises (charbon à partir de déchets, recharge solaire…).

Il découvre la puissance de l’économie circulaire et revient en France avec cette volonté de faciliter le tri et la collecte des déchets pour les revaloriser. Gilles Rouverand vient alors apporter toute sa créativité au début de réflexion de son ami. Rentré de Chine, où il faisait des études de marché autour du développement durable, il retrouve celui qu’il a fréquenté en faculté de gestion à Dauphine. Les deux associés élaborent leur projet pendant quelques mois, avant d’intégrer en juin 2013 l’incubateur de leur ancienne Université. 

Un test conforte les deux co-fondateurs dans l’idée qu’ils tiennent un marché. De mai à juillet 2013, ils disposent leurs boîtes dans 5 immeubles et dans 5 entreprises. Résultat : 80% continuent l’aventure, cette fois-ci en payant ! Les deux amis structurent et développent rapidement leur activité. Côté production de boites, il faut désormais passer à la vitesse supérieure…

Leur approche déconnecte le recyclage de son image militante et contraignante et prône au contraire la positivité, la simplicité, l’accessibilité et la transparence. Et ça marche ! Plus de 50 entreprises très variées sont déjà clientes. Leur retour est très encourageant : les box répondent à un vrai besoin en même temps qu’elles favorisent la cohésion des salariés.

+50
clients utilisent le service des box de recyclage soit 2000 salariés
6
box sont disponibles : papiers, gobelets en plastique, canettes, capsules de café, bouteilles en plastique et une 5 en 1 (stylos, bouchons, piles, lampes et cartouches)
5
centimes sont reversés à Ares à chaque kilo collecté
« Les actes des Français sont encore éloignés de leurs envies affichées de mieux recycler.  »

Interview de Fabien de Castilla, co-fondateur

Qu’apportent vos services aux entreprises ?

La simplicité ! Les solutions techniques sont déjà là depuis plusieurs années. Pourtant, seulement 1/3 de nos déchets sont triés. La demande sociale est aussi de plus en plus forte. Nous proposons des solutions pratiques souples et une collecte simplifiée pour les entreprises clientes. Elles veulent recycler mais que ça ne leur demande pas un trop gros effort, financier ou logistique. On s’en charge pour elles, et cela leur permet aussi de recréer du lien social en interne.

Est-ce important pour vous de mesurer votre impact ?

Oui, on essaie de limiter l’impact environnemental de notre activité. On ne les envoie chez le recycleur que lorsqu’un certain seuil est atteint. Par ailleurs, nous pesons les quantités collectées dans chaque entreprise pour l’afficher sur les box. C’est un motif de satisfaction pour l’entreprise comme pour les salariés de voir les résultats concrets de leur démarche.

Et quels sont vos projets à venir ?

Nous allons continuer à grossir pour atteindre notre seuil critique. Notre grand chantier, c’est l’optimisation de la logistique, en région parisienne et en petite couronne. C’est la condition pour nous développer et changer d’échelle.

Flora Clodic-Tanguy

« C’est satisfaisant de contribuer à la bonne humeur en entreprise en ajoutant sa pierre à l’édifice du recyclage.  »

Projets + de wave similaires :

bilum

Des objets design en matières upcyclées

> Voir le projet

bilum

Des objets design en matières upcyclées

Co-recyclage

Rendez-vous service en rendant service aux autres

> Voir le projet

Co-recyclage

Rendez-vous service en rendant service aux autres

Wiithaa

Transformer le gâchis en opportunités

> Voir le projet

Wiithaa

Transformer le gâchis en opportunités