Marseille 

Un projet imaginé et produit par BNP Paribas

Suivez @expowave sur Twitter

 

On refait le pitch !

On refait le pitch !

Pour clôturer cette semaine Wave Marseille — mais dont l'exposition se prolonge ce week-end dans le cadre des journées portes ouvertes de La Friche, les équipes du pôle innovation de BNP Paribas Paca ont organisé vendredi soir un concours de pitch pour les start-ups du show room Wave. 14 pitcheurs, 5 mn chacun et vote du public au final. On vous refait le pitch.

 

 

Nawa Technologies, la 5G de l'internet électrique 

Pascal Boulanger, fondateur et PDG de Nawa Technologies est le premier à s'élancer sur la scène de la Cartonnerie, à la Friche de la Belle de Mai. Créée en 2013, Nawa Technologies est basée à Gardanne, et est un spin-off du Commissariat à l'Energie Atomique, son fondateur étant lui-même un ex ingénieur du CEA. 

"Nawa Technologies travaille sur le stockage de l'énergie en proposant notamment des batteries qui en stockant moins d'énergie sont beaucoup plus rapides à charger. Les applications peuvent être nombreuses comme par exemple pour des bus électriques qui pourraient recevoir une charge rapide à chaque arrêt, ou des bateaux à chaque traversée. On est en train de démontrer l'industrialisation en mettant en place une ligne de fabrication  pilote"

 

 

Skillendo la plate forme pour former autrement 

Patrick Grimonpont, fondateur de Skillendo, une start-up incubée chez Marseille Innovation à Chateau Gombert ( Marseille 13eme) est venu défendre son projet de plate forme collaborative pour la formation. 

« On réunit à la fois les formateurs et les apprenants sur une même plate forme. Le formateur peut stocker ses programmes, ses projets et facilement les retrouver et les partager. Et surtout ses apprenants peuvent aussi avoir accès à cette plate forme. Le formateur va pouvoir animer sa communauté d’apprenants. On passe d’un apprentissage magistral à un apprentissage social.  C’est une plus value importante pour les organismes de formation car ça leur permet de se différentier. Notre deuxième cible est les grands groupes. Grace à notre plate forme, on leur permet de rationnaliser les choses et de se concentrer juste sur le contenu de leur formation. Ils n’ont plus à se soucier des outils. Nous sommes aujourd’hui 5 salariés et nous recrutons en ce moment 3 salariés supplémentaires. Nous venons de terminer la phase de test, et nous allons commercialiser en mai prochain notre plate forme auprès des organismes de formation et des grandes entreprises »  

 

Géosky , le charriot connecté 

Jonathan Daval, fondateur de Marjonat Distribution à Aix-en-Provence, a mis au point Géosky,  un "chariot connecté" qui se géolocalise et permet aux consommateurs et aux marques de communiquer dans les rayons des supermarchés :

 

 

Dikta, un site e-commerce de prêt-à-porter pour femmes rondes 

Muriel Pedro Belba, une des deux seules femmes de ce concours, eh oui, est venue elle défendre Dikta un projet de site de e-commerce de prêt-à-porter pour les "femmes rondes". Muriel souhaite apporter son expérience du web ( Rue du Commerce) et de la mode ( H&M, André, Pull & Bear...), pour lancer ce site qui n'a aujourd'hui pas d'équivalent. Lancement prévu en février 2016. 

 

 

Bionic Bird, le drône oiseau made in marseille 

"le drone qui vole avec les hirondelles". Edwin Van Rymbeke a fait voler hier soir dans la salle de la Cartonnerie son Bionic Bird, le drone oiseau de la Pointe -Rouge à Marseille. 

"Nous avons lancé cette nouvelle entreprise il y a 5 ans et nous venons de lancer Bionic Bird, notre oiseau drone connecté. Il se commande par smart phone peut aller jusqu’à 100 mètres. Nous le voyons comme le drone du futur car c’est le seul conçu par bio mimétisme, qui imite le vol des oiseaux. Il est donc plus léger, moins dangereux, moins bruyant. Quand le moteur s’arrête, il plane et ne tombe pas en chute libre comme les drones classiques. Personne n’y croit mais dans 2 ans on saura aussi faire du vol stationnaire. Par battement d’ailes. Nous sommes allés sur le site de crowd funding américain indigogo et nous avons levé 150 000 dollars en pré achat, c’est un record mondial pour une entreprise française. Et surtout cela nous a fait connaître dans le monde entier, aux Etats-Unis, au Japon. On a vendu 15 000 exemplaires, on a encore de la marge pour atteindre les 20 millions de Tim, mais on est sur la bonne voie."

 

 

Traxens, la start-up qui numérise le monde maritime 

Autre très très belle pépite de la place marseillaise, Traxens créée en 2012 et incubée chez Marseille Innovation. Son président fondateur Michel Fallah a expliqué comment il allait révolutionner le transport maritime mondial en lui apportant le big data et le digital. Partenaire historique depuis le départ la Cma Cgm, 3 e armateur mondial dont le siège est à Marseille, ne s'y est pas trompé et vient de réinvestir dans une toute récente augmentation de capital.  

 

 

Tri'ode, la chainon manquant entre le 2 roues et la voiture électrique 

Créée en 2006 à Meyreuil dans les Bouches-du-Rhône, Véléance a conçu et développé le Tri'ode, un scooter électrique à 3 roues pour les professionnels. L’idée est de proposer aux entreprises et aux collectivités locales un véhicule léger et maniable et beaucoup plus sur qu’un deux roues. Jérôme Gaillard- Groléas, co fondateur et directeur technique de Véléance défend son produit :

 « Nous avons beaucoup de grandes entreprises qui nous consultent en ce moment car elles ont eu trop d’accidents avec les 2 roues et souhaitent revenir à des voitures même si c’est souvent pour des utilisations disproportionnées. Nous sommes une vraie alternative pour ces flottes. Notre véhicule fait moins de 50 cm3, il est donc adapté au centre-ville, et aux sites industriels. Il est silencieux, fiable et on le conduit en toute sécurité, contrairement aux 2 roues. Nous sommes au stade de la commercialisation, notre siège est à Meyreuil mais notre unité de fabrication est dans les Ardennes. Nous cherchons en ce moment à lever entre 500 000 et un million d’euros pour accélérer notre mise sur le marché. Et nous avons quelques  gros clients qui devraient signer dans le trimestre » 

 

 

Meeteew, l'appli de rencontre pour les d'jeunes

18 ans. Sacha Simonian est le plus jeune pitcheur de la soirée. Mais son pitch est impeccable. "Parce qu'il en avait marre de draguer seul devant son écran" Sacha a décidé de créer Meeteew une appli, aujourd'hui sur Facebook, un site communautaire pour sa génération, qui mélange applis virtuelles et soirées "in real life". Le business modèle est basé sur des redevances versées par des bars et boites de nuit contre de l'apport de trafic via l'organisation de soirées Meeteew. 

 

 

Myinternshipabroad, fournisseur de stages à l'étranger 

Yves Perret, le président fondateur de MyinternshipAbroad est parti lui d'une idée simple : les jeunes, dont 25 % sont aujourd'hui sans emploi, démultiplient leurs chances de trouver un job en faisant un stage à l'étranger. Sa mission est donc de mettre en relation des entreprises et des stagiaires à travers sa plate forme Web. 15 000 étudiants inscrits en 2014 et 900 stages offerts. 

 

 

Editag, la start-up qui fait parler les oeuvres d'art 

Créée en 2007 à Meyreuil (13) par Frédéric Pithoud et Pierre Moreau, la société Editag équipe de capteurs des objets qui deviennent connectés et peuvent communiquer. Frédéric Pithoud  a assuré le pitch :

« Nous travaillons pour la culture et l’industrie. Nous permettons par exemple à des tableaux ou à des sculptures de communiquer avec le responsable de la sécurité d’un musée en cas de tentative de vol ou de vandalisme. L’oeuvre d’art peut aussi parler aux conservateurs et aux régisseurs et dire si elle a trop chaud ou trop froid ou si elle est trop humide. Et enfin elle va pouvoir parler aux visiteurs et se raconter via leur smart phone. Et tout ça avec le même capteur qui fait 4 mm d’épaisseur. Là est notre innovation, c’est un même capteur pour tout, et il est très discret. Aujourd’hui nous avons de nombreux clients dans la culture comme le Louvre Lens où le Mucem à Marseille, et nous souhaitons nous développer maintenant dans l’industrie et à l’international. Nous venons de faire une levée de fonds de 600 000 euros  et nous avons réalisé 850 000 euros de chiffre d’affaires l’an dernier, avec 11 salariés »

 

Rue Centrale, l'appli des commerçants indépendants

Rue Centrale est une start-up spécialisée dans le « Solomo » (social local mobile), qui propose via une appli de mettre en relation les habitants d’une ville et leurs commerçants de proximité. Un des 3 co fondateurs, Rodolphe Matray a pitché hier soir : 

«  Nous avons créé Rue Centrale an janvier 2014, puis nous nous sommes lancés en test pour 8 mois en mars de la même année à Marseille. Et nous sommes actifs depuis début 2015. En se géolocalisant, notre appli (disponible sous androïd et iOS) permet de retrouver  les commerçants indépendants de son quartier et de s’abonner pour recevoir leurs actus. Le commerçant a un module, un back office très simple, qui lui permet d’envoyer tout type d’infos aux clients qui le suivent. Il y a par exemple des restaurants qui envoient leurs plats du jour, d’autres commerçants qui envoient des promos en temps réel, ou des invitations. L’abonnement est de 12 euros HT par mois pour les commerçants pour les 2 premiers mois puis 29 euros HT pour les mois suivants. Elle est gratuite pour les clients. Nous avons aujourd’hui 400 abonnés à Marseille et 2 500 suiveurs actifs. Nous venons de lever 150 000 euros auprès de business angels et 50 000 euros en crowd equity sur la plate forme Smart Angels. Notre prochaine étape est de viser un déploiement national, en commençant très vite par Bordeaux et Lyon ».

 

Pixel, fournisseur d'informations émotionnelles

"Après le social et le big data, l'affectiv computing est le next big thing". Pixel est une start-up qui souhaite se développer sur ces créneaux. Son principe est grâce à des capteurs-caméras de pouvoir lire et analyser les expressions d'un visage et d'un tirer des "informations émotionnelles". Les débouchés peuvent être multiples, notamment dans le domaine de la publicité et du marketing pour des tests de campagne et de produits, ou auprès des instituts de sondage. 

 

 

Sefaireaider.com veut devenir la première plate forme de services aux particuliers 

Sefaireaider.com a été créée en 2012 à Sanary dans le Var par Pascal Queslin et Denis Chalumeau , le fondateur de seloger. Son directeur technique est venu pitcher hier soir : 

«  Nous sommes une place de mise en relation entre des particuliers et des professionnels de proximité dans les services. Nous avons 300 métiers dans 14 univers, des artisans, des conseils… notre idée est de créer du lien entre les différents acteurs de ce marché. Les particuliers peuvent noter, commenter les professionnels, comme sur Tripadvisor. Nous sommes déployés au niveau national, notre ambition est de devenir le numéro 1 du marché, et nous avons déjà 600 000 professionnels inscrits. Nous avons levé depuis le départ plusieurs millions d’euros et nous venons de signer un accord de Média for Equity avec TF1 qui nous permet d’avoir de l’espace publicitaire TV en échange d’une part au capital »

 

Totem.mobi, veut devenir le "Free" de la mobilité en centre-ville

Last but not least, Totem Mobi est une start-up marseillaise spécialisée dans la location de voiture électrique (twizy) en auto partage. Emmanuelle Champaud sa co-fondatrice, et seconde femme à pitcher ce soir et (re) eh oui nous détaille sa stratégie.

L’abonnement annuel est de 50 euros par mois, puis vous pouvez louer une twizy électrique  pour 1 euro le quart d’heure, sans limite de durée ni de distance, vous pouvez même prendre l’autoroute. En pleine charge l’autonomie est de 80 km. Dès que vous souhaitez louer un véhicule, vous vous géo localisez sur notre appli qui vous indique si il existe une twizy à proximité. Vous pouvez la réserver et vous avez une heure pour la récupérer. Nous avons un partenariat avec les sociétés de transport en commun locales, la RTM à Marseille et la carte Zou, vous badgez donc avec une de ces 2 cartes et vous pouvez faire démarrer la twizy. Vous la garez ensuite sur n’importe quelle place de stationnement, là aussi nous avons un accord avec la ville de Marseille, dans une zone qui correspond au grand centre-ville de Marseille, et qui est indiquée sur l’appli. Il existe en dehors de cette zone à aujourd’hui 2 stations où vous avez des véhicules, une à l’école de commerce Kedge Management à Luminy, l’autre au centre commercial Géant Casino de la Valentine. Aujourd’hui nous avons 15 véhicules mais nous avons un plan de développement très ambitieux, qui est de passer à 100 véhicules fin 2015 à Marseille puis 300 à fin 2016 dans la métropole marseillaise. Nous allons multiplier les stations, notamment avec MPM la communauté urbaine de Marseille Provence qui va nous permettre de nous installer dans les gares de proximité. Nous sommes en pleine croissance et nous recrutons 2 nouveaux abonnés par semaine. Et nous sommes en contact avec d’autres villes comme Toulouse et Grenoble.

 

Après un insoutenable suspens en attente du dépouillement par les équipes de BNP Paribas Marseille... 

 

 

And the winner is… Sacha, 18 ans pour Meeteew ! 

 

Pierre Boucaud
 
partager cet article sur :