Wave dans le monde 

Un projet imaginé et produit par BNP Paribas

Suivez @expowave sur Twitter

 

WAVE for HEALTH : le retour

WAVE for HEALTH : le retour

40 experts internationaux, 6 équipes, 3 défis, 5 heures de workshops... et à l'arrivée de nombreuses nouvelles pistes sur la prévention du Retard de Croissance Intra-Uterin. Retour sur ce marathon express pour la santé : l'aventure WAVE for HEALTH

Les 23 et 24 septembre dernier, des spécialistes de la santé, mais bien au-delà, entrepreneurs, designers, chercheurs dans différents domaines se sont mobilisés autour d'un problème de santé méconnu : le Retard de Croissance Intra-Utérin. Celui-ci touche en France 80 000 enfants par an et seul un cas sur cinq est diagnostiqué avant la naissance aujourd’hui.   

L'objectif des workshops : croiser les expériences et points de vue des participants pour proposer un regard et des projets nouveaux sur cet enjeu majeur de santé publique, en s'appuyant sur les outils du design et de la co-innovation. Une approche inédite sur les questions de santé, portée par les courants d'ingéniosité collective célébrée par WAVE. 

Plusieurs défis attendaient les participants, préparés par la Fondation de coopération scientifique PremUp, spécialisée sur les sujets de Retard de Croissance Intra-Utérin : identifier de nouvelles solutions, simples et économes, tant en termes de communication que de collecte de données et de détection précoce de la pathologie. 

Pour relever ces challenges, une grande diversité de profils et de cultures était réunie (au total près de 10 pays représentés). Des participants qui ont interagi d'emblée au cours d'une séance introductive de dessin collaboratif, langage universel et fédérateur !

Compréhension

La suite : une immersion immédiate des participants dans l'univers de recherche du Retard de Croissance Intra-Utérin, avec un puzzle de questions/réponses à combiner sur les données clés de ce problème de santé, pour bien percevoir l'ampleur des enjeux associés.

Exploration #1

Mieux informés, les participants ont pu passer à l'étape suivante : la découverte des 3 défis sur le Retard de Croissance Intra-Utérin préparés par les experts de PremUp (2 équipes dédiées pour chacun des trois défis : une francophone et une anglophone, soit 6 équipes au total).

Des défis à relever au terme de 5 heures de travail en commun, et à restituer... au petit matin :

- "Comment identifier de nouveaux biomarqueurs, fiables et peu coûteux, pour dépister cette pathologie le plus précocement possible ?"

- "Comment constituer des communautés pour informer et collecter des informations à large échelle ?"

- "Comment sensibiliser le grand public, les politiques et les mécènes à ce problème de santé publique dont les conséquences humaines, médicales et économiques sont si lourdes ?"

Les choses se corsent ici : les sujets sont pointus et requièrent de nombreuses connaissances scientifiques, mais les experts circulent entre les groupes et la discussion s'oriente vers des solutions alternatives aux méthodes 'traditionnelles'.

Et si on appréhendait différemment le problème avec des approches légères, agiles et inclusives ? Portés par l'approche singulière de WAVE autour de l'ingéniosité collective, les échanges de la soirée ont ouvert de nombreuses perspectives, avec des inspirations nouvelles comme celles du projet Embrace (cf. encadré ci-dessous) qui a été présenté aux participants par Navi Radjou.

Embrace est une couveuse pour bébés prématurés à très faible coût (1% du coût classique) et répondant pleinement aux besoins des parents et enfants, grâce à une approche centrée sur les usages et les aspirations humaines. La couveuse, conçue par des ingénieurs et des designers de Stanford, est un simple couffin, garni de couches rechargeables gardant la chaleur. Les parents peuvent ainsi maintenir le contact physique -essentiel!- avec leur enfant, en toute sécurité pour sa santé. 

Food for thought... 

Les esprits avaient bien besoin d'une petite danse (et les corps un peu de chaleur ;) : 

Exploration #2

Le brainstorm se poursuit en milieu de soirée avec de nouvelles itérations....

Les participants sont captivés et les échanges sont riches, mais chaque équipe doit sélectionner un angle, une piste, pour ne pas s'éparpiller. 

Action !

A 22h, c'est la course : tous dans les starting blocks pour donner forme à l'idée finale... et être prêts aux premières lueurs du jour le lendemain !

La nuit fut courte pour les équipes : RDV le 24 septembre matin pour la séance de restitution des projets, quelques minutes seulement chacun, auprès d'un comité d'ambassadeurs composé de Joël de Rosnay, Oussama Amar, Tram-Anh Nguyen TrinhFrançois Debiesse et Xavier Guillon. L'objectif : chercher des associations possibles entre les pistes de projets et les initiatives des ambassadeurs pour concrétiser au moins un projet qui circulera avec l'exposition WAVE (le 21ème projet de WAVE ! - voir ici les 20 premiers).

Les projets font la part belle aux technologies (applications mobiles, communautés wiki, biomarqueurs, capteurs, big data... au cœur du futur de la santé), tout en cultivant une approche systémique fondée sur l'empathie et la prise en compte des besoins pluriels des utilisateurs.  

Une pensée commune guide ces projets : être malin, efficace, sortir des sentiers battus, ne pas réinventer la roue, bâtir sur l'existant, nouer des partenariats, penser système et humain plutôt qu'outils ...

Les réponses aux 3 défis sont finalement complémentaires et articulées autour de 3 idées fortes pour mieux communiquer sur le Retard de Croissance Intra-Utérin, collecter les données et détecter de façon précoce la pathologie : 

1. La prévention

Les équipes ont toutes approché la problématique de façon globale, en relevant l'importance du dépistage très tôt dès les premiers mois de grossesse et l'intérêt tout aussi fort d'agir en amont de la grossesse, par la prévention.

Pour un projet, le point de départ identifié est le test de grossesse : le packaging par exemple peut orienter les utilisateurs vers des dispositifs d'information sur le Retard de Croissance Intra-Utérin. Une autre équipe propose d'agir plus en amont encore, avec une campagne de communication qui change la perception sur la durée de la grossesse : de 9... à 12 mois, pour prendre en compte la période parfois critique avant la grossesse !

De nombreuses idées ont également émergé sur une sensibilisation différente du grand public à cette cause de santé : s'extraire du cadre spécialiste et parler de "bébé plume", avec un slogan impactant tel que "donner du poids aux plumes" (les plumes faisant référence aux petits poids de naissance qui caractérisent les bébés nés avec un retard de croissance). Des dispositifs mobiles sont envisagés : des road trucks pour à la fois informer et collecter des données au plus près du terrain !

Une équipe propose de lancer un "Open Innovation Club" impliquant des Tech companies (Google, spécialistes des objets connectés, du quantified self, etc.) pour la co-création de produits/applications aidant à s'informer sur sa santé et pourquoi pas à faire du dépistage à domicile. 

2. Les plateformes web inter-acteurs 

Les différentes équipes ont imaginé des plateformes ouvertes en ligne, rassemblant dans un même élan les experts de santé, les collectifs d'associations, d'institutionnels, de chercheurs, etc. Pour certains, il s'agit via cette plateforme de créer une sorte de "guichet unique" pour assurer un suivi de la grossesse, centraliser les informations médicales et pratiques, collecter des données sur la grossesse... Pour d'autres il s'agit avant tout de répondre aux attentes des femmes enceintes, avec un ensemble de services personnalisés et co-conçus avec elles offrant une vraie valeur expérientielle à l'outil web. Les femmes pourraient ainsi créer leur propre espace, intime, pour garder une trace des "moments de vie" clés de la grossesse, à partager en famille ou entre amis. D'autres applications de la plateforme permettraient des comparaisons d'expériences et des échanges au sein de communautés d'intérêts. Voir par exemple le projet de plateforme inspiré de "Patient like Me", orienté "utilisateurs" : Pregnant Like Me. Une autre équipe envisage que la plateforme puisse accueillir une communauté open source de chercheurs sur les biomarqueurs, pour fédérer les énergies et accélérer la recherche sur de nouveaux indicateurs biologiques permettant de détecter au plus tôt le Retard de Croissance Intra-Utérin.

Un projet à découvrir en détails animés ci-dessous : 

 

3. De nouveaux biomarqueurs, "Jugaad" ! 

Des participants ont spécifiquement travaillé sur la recherche d'un nouveau biomarqueur. Un sujet scientifique très pointu mais appréhendé ici de façon nouvelle, avec l'esprit du projet Embrace (décrit ci-dessus). Les participants ont en effet cherché à identifier une solution puissante, simple, répliquable et accessible à tous pour le dépistage du Retard de Croissance Intra-Utérin. 

Le résultat débouche sur une idée inédite : l'infrarouge pour monitorer l'apport d'oxygène dans le sang qui parvient au foetus via le cordon ombilical. Simple et abordable, la solution consiste en une sorte de ceinture abdominale, dont les émissions infrarouges permettront de collecter les mesures de saturation en oxygène. Une opération qui peut être répétée si nécessaire et se dérouler à domicile. Les informations recueillies seraient alors envoyées à l'hôpital via smartphone ou box internet.

De belles ambitions... A suivre ! D'autant plus que le monitoring d'oxygénation peut dépasser le cadre du Retard de Croissance Intra-Utérin : dans de nombreux cas, être capable de monitorer simplement l'oxygénation comme la revascularisation d'un organe ou de tissus serait un véritable plus. 

Des graines à faire germer

Ce n'est donc pas la fin d'une aventure, bien au contraire ! "Nous sommes au début du chemin. Ce n'est pas un résultat mais un processus" ont rappelé les différents participants, appelés par les ambassadeurs à créer des connexions variées dans l'écosystème pour poursuivre le travail initié, notamment dans le cadre de projets pluridisciplinaires tels ceux engagés à La Paillasse.

Pour Audrey Richard-Laurent, designer, et Philippe Torres, Responsable Conseil & Stratégie numérique de L'Atelier BNP Paribas, coordinateurs du dispositif, la prochaine étape est bien de "mettre en open design" les livrables de ces workshops pour les connecter aux projets existants et changer d'échelle : "c'est une matière brute à transformer ! L'aventure se poursuit maintenant avec ces connexions nouvelles et l'itinérance de WAVE à travers le monde". En route donc pour WAVE for HEALTH ! 

On écoute Albane Tresse de la Fondation PremUp pour le mot de la fin : 

The "End"

NB : Merci à Gayané Adourian et Nicolas Loubet, superbes reporters numériques (nombreuses photos reprises ici aux côtés des prouesses artistiques de Matea Ilieva) !

Olivia Verger-Lisicki
 
partager cet article sur :